Machines à coudre d'hier et d'aujourd'hui
 
Accueil Contact Forum Livre d'or
Bienvenue !
nous sommes le 
   
   
  Barthélemy Thimonnier >
Elna >
  Husqvarna >
  Jaguar        nouveau ! >
  Janome >
 
 
 
Et en plus...
  Chronologie  
  Auto-dépannage  
  Infos pratiques  
  Liens >
  Qui est le Webmestre ?
  Statistiques du site  

 
BARTHELEMY THIMONNIER (1793-1857) I

Premier épisode : 1793 - 1832

Thimonnier a libéré la femme d'une de ses servitudes...
En vérité, la noble vie de Thimonnier devrait être enseignée dans les écoles.
Édouard Herriot

C'est le 19 août 1793 que Barthélemy Thimonnier naquit à l'Arbresle dans le département du Rhône (69). L'aîné de six frères et soeurs il fait quelques études au séminaire de Saint-Jean à Lyon, puis il embrasse la profession de tailleur et s'installe, en 1795, à Amplepuis qu'il quittera après le décès de sa première épouse. Il épouse une brodeuse en second mariage en janvier 1822. En 1823 il s'installe donc dans un faubroug de Saint-Etienne au leiu dit Les Forges.


Le Sieur Barthélemy Thimonnier
Travaillant toute la journée pour habiller ses client, Thimonnier devient vite hanté par l'idée de coudre mécaniquement. Il avait certainement remarqué le point qu'utilisaient les ouvrières dans les monts du Lyonnais pour broder au crochet et avec quelle rapidité elle pouvaient former les points de manière presque 'mécanique'... C'était le point de chaînette, celui qu'il utilise pour sa couture mécanique. Ainsi, c'est à Valbenoîte, en 1829 que Thimonnier achève de fabriquer sa "Couseuse", c'est à dire sa première machine à coudre.
Thimonnier est un simple tailleur, certes à l'esprit assez aiguisé pour inventer une machine à coudre, mais il lui est difficile de tirer parti de son invention s'il reste seul, il s'associe alors avec Auguste Ferrand, Répétiteur à l'Ecole des Mines de Saint-Etienne. Il signe avec lui un accord privé dans lequel il convient de fabriquer un second "métier mécanique" tandis que "le sieur Ferrand s'engage à faire tous les dessins, rapports et demandes" de brevet "au nom des deux contractants" ainsi qu'à "faire la somme nécessaire pour la demande du dit brevet d'inventeur". Notez bien que la demande de brevet est faite "au nom des deux contractants" alors que c'est Thimonnier seul qui est l'ingénieux inventeur d'une machine capable de piquer 200 points / minute (30 pour un tailleur).

Reconstitution de l'atelier de Thimonnier
au musée de la machine à coudre
et du cycle d'Amplepuis
Le brevet est délivré le 17 juillet 1830. Mais avant même la délivrance de ce dernier, Thimonnier s'était rendu à Paris et avait fondé, grâce à de généreux investisseurs, la première société ayant "pour but unique et spécial d'exploiter, tant en France qu'à l'étranger, l'invention faite par les sieurs Thimonnier et Ferrand d'une machine à coudre et, s'il y a lieu, de sa dérivée". L'acte de société signé le 8 juin 1830 indique que "la raison sociale sera Germain Petit & Cie. Le siège de la société est établi à Paris, 155 rue de Sèvres".
La première page du brevet

Mais, au matin du 20 janvier 1831 environ 200 ouvriers tailleurs saccagèrent l'atelier de la rue de Sèvres. Ils détruisirent quatre-vingt Couseuses et en jetèrent les débris par les fenêtres. En effet, ces machines qu'ils surnommaient "casses-bras" leur apparaissaient comme de dangereuses concurrentes.


La Couseuse au musée de la machine
à coudre et du cycle d'Amplepuis
Menacé, Thimonnier, réussi à s'échapper. En butte aux injures et aux menaces des ouvriers tailleurs l'inventeur se retire de la Société et quitte Paris. Avant lui, un autre Lyonnais avait connu le même sort : les Canuts avaient menacé Joseph Jacquard (1752-1834) de le jeter au Rhône et avaient détruit son premier métier.

La Société Germain Petit & Cie fut dissolu après la mort de l'un des plus importants investisseurs, M. Beaunier. Le même qui avait, quelques années auparavant, créé la première ligne de chemin de fer à traction animale de Saint-Etienne à Andrézieux.

Thimonnier devait sortir de cette ornière....

 

Deuxième épisode >

 

 


© MCHA/SMPP
Tous droits réservés